Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Responsabilité sociale de l’entreprise : du rôle au lien (Benoît Serre, vice-président, ANDRH)

News Tank RH - Paris - Analyse n°305746 - Publié le 09/11/2023 à 18:18
- +
© DR.
Benoît Serre, VP ANDRH et analyste News Tank - © DR.

Depuis longtemps déjà, chacun s’accorde à reconnaître que l’entreprise doit jouer et assumer un rôle dans la cité. Les politiques RSE Responsabilité sociétale et environnementale sont venues d’ailleurs spécifier cette ambition et parfois l’encadrer au point de la réduire si on se réfère au fameux pacte Riboud des années 70. Cette approche, somme toute légitime, a connu des évolutions importantes et souvent dans le bon sens pour finalement arriver au point où nous en sommes rendus : les entreprises à mission et la Loi Pacte.

Une analyse de Benoît Serre vice-président délégué de l’ANDRH Association nationale des directeurs des ressources humaines , pour News Tank.


Un mouvement suffisamment solide pour résister à l’effet de mode

Tout cela est évidemment positif à la limite près que cet encadrement législatif a pu parfois donner l’impression que chacun s’attachait à céder à un effet de mode. Le mouvement de définition et parfois d’affichage des fameuses « raisons d’être » a certes constitué une étape dont beaucoup pensaient qu’en se reconnaissant cette raison d’exister complémentaire, l’entreprise affirmait ouvertement que son rôle social rejoignait son rôle économique.

Critères non financiers de plus en plus exigeants pour les bonus des dirigeants

D’ailleurs, dans un certain nombre de cas, ce fut une réalité et on a vu apparaître des critères non financiers de plus en plus exigeants en interne notamment pour les bonus des dirigeants même si pour la plupart, ils étaient concentrés sur la dimension environnementale ou sociétale externe et nettement moins sur l’engagement social interne. Quoi qu’il en soit, c’est un mouvement d’ensemble qui semble aujourd’hui suffisamment solide pour résister à un effet de mode comme à une crise économique grave.

En France, cette évolution - que d’aucuns appellent d’ailleurs une prise de conscience et de responsabilité - a de plus été soutenue par les Pouvoirs Publics qui ont su transférer aux organisations des responsabilités sociales et de solidarité relevant pourtant de leurs missions historiques.

Distorsion de chance et de protection accrue entre le salarié d’une grande entreprise et celui ou celle d’une PME

La motivation de ce transfert était partiellement budgétaire et a eu des effets positifs mais aussi négatifs dans la mesure où cela a creusé la distorsion de chance et de protection entre le salarié d’une grande entreprise et celui ou celle d’une plus petite. Récemment encore, nous avons passé un cap supplémentaire avec l’annonce par certains grands groupes de l’instauration d’un niveau commun minimum de protection sociale ou sanitaire au niveau mondial. On ne peut que s’en réjouir pour les salariés qui en bénéficieront notamment dans certains pays dont le modèle social est nettement moins protecteur que le nôtre.

Ces démarches - non pas de générosité - mais de responsabilité sociale sont à saluer sans pour autant oublier qu’elles pourraient creuser des inégalités profondes au sein d’un même corps social sauf à considérer qu’elles serviront d’aiguillon ou d’exemple à d’autres.

Le rôle social étendu de l’entreprise est désormais installé pour différentes raisons et cela constitue une évolution positive corrigeant les excès que nous avons connus - et que nous connaissons encore parfois - de l’hyper financiarisation des années 80. C’est un jute retour des choses puisqu’il ne faut pas oublier que ce rôle social de l’entreprise a existé dès la fin du XIXème siècle notamment en Europe.

L’entreprise est aussi un lieu ou se tisse du lien social

La nouvelle étape de cette redéfinition se dessine depuis la crise sanitaire au cours de laquelle on a découvert ou re-découvert que l’entreprise était aussi un lieu où se tissait un lien social très particulier et très humain que les réseaux sociaux ne pouvaient remplacer. Les périodes de confinement et de distanciation sociale ont mis en exergue cette réalité méconnue, non comptabilisée mais souvent non valorisée de mise en lien au sein de l’entreprise. Le télétravail, malgré son efficacité productive démontrée, a réduit ce lien du quotidien au travail et certains, assez nombreux, ont estimé qu’à ce titre il ne constituait sans doute pas le modèle rêvé du travail de demain. On en revient peu à peu - sans toutefois et heureusement l’abandonner - aussi pour cette raison-là.

Quelle unité de lieu avec la combinaison : semaine de quatre jours/télétravail ?

De même, les promoteurs de la semaine de quatre jours s’accordent à reconnaître qu’elle se marie mal avec le télétravail car les individus ne se voient plus et ne perçoivent plus cette communauté humaine que doit impérativement constituer l’entreprise. Que serait d’ailleurs le sens d’une raison d’être commune si on ne la mettait pas en œuvre ensemble dans cette unité de lieu, de temps et d’action qu’est une organisation. L’entreprise crée aussi un lien social et elle a la responsabilité de le maintenir de qualité, durable et réel notamment en en faisant porter la mise en œuvre concrète par son modèle de management.

Enjeu de productivité, mais pas seulement

C’est évidemment un enjeu de productivité mais plus que cela, c’est une exigence de crédibilité et de durabilité que certains revendiquent comme étant la culture d’entreprise. Or, celle-ci n’existe que par ou pour les femmes et les hommes qui constituent l’entreprise et lui donne sa réalité d’existence et de performance.

Les efforts faits sur l’image employeur, l’attractivité, la fidélisation sont autant de méthodes visant à instaurer et faire perdurer un lien entre l’entreprise et ses salariés mais aussi entre les salariés eux-mêmes, pour se donner une raison d’être ensemble qui doit aller bien au-delà que le simple souhait de bien produire et de réussir. Une entreprise est aussi une communauté qui relie des individus entre eux. Elle donne un cadre au lien social sans lequel elle ne peut exister.

Benoît Serre


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Boston Consulting Group (BCG)
Partner & director HR - People strategy
Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH)
Vice-président puis vice-président national délégué
L’Oréal
DRH France
Boston Consulting Group (BCG)
Partner / Associate Director
Macif
DGA - DRH
Macif
DRH Groupe
Macif
Directeur adjoint
Leroy Merlin Groupe ADEO
DRH en Russie
Leroy Merlin
Directeur Université d’entreprise
Groupe IGS HR Consultancy and Training
CEO
Maison des Collectivités locales (Ernst&Young Group)
Director

Fiche n° 25040, créée le 29/08/2017 à 12:43 - MàJ le 08/04/2024 à 11:00

© DR.
Benoît Serre, VP ANDRH et analyste News Tank - © DR.