Début

Michelin/St-Doulchard : « Le projet d’APLD prévoit 40 % de baisse d’activité conjoncturelle » (CFE-CGC)

Paris - Publié le lundi 21 septembre 2020 à 14 h 23 - n° 193437 « La CFE-CGCCFE-CGCConfédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres demande, depuis juillet 2020, l’ouverture de négociations sur la mise en place de l’APLDAPLDActivité partielle de longue durée dans notre usine de Saint-Doulchard (Cher), et nous avons été entendus. La direction nous a présenté son diagnostic de la situation actuelle et ses prévisions de baisse d’activité pour les deux prochaines années. Leur demande a été de négocier une baisse d’activité jusqu'à 40 % sur une période de 24 mois. L'équipe de direction estime pouvoir retrouver un volume d’activité équivalent à celui de 2019 en 2023 », déclare Jean-François LandemaineJean-François Landemaine, responsable technique et élu CFE-CGC à l’usine Michelin de Saint-Doulchard, dans un entretien accordé à News Tank le 21/09/2020.

« Nous sommes persuadés que le coup de frein actuel est conjoncturel et que nous reviendrons tôt ou tard à la normale. Et si nous ne sommes pas prêts à avaler les volumes quand l’activité repartira, nos clients iront voir ailleurs. »

« Le recours à l’APLD doit nous permettre de faire le dos rond pendant les deux prochaines années, pour traverser cette mauvaise passe conjoncturelle sans licenciement, et être capables de redémarrer quand l’activité reprendra pleinement. »
Jean-François Landemaine - © D.R.
Jean-François Landemaine - © D.R.

Jean-François Landemaine, élu CFE-CGC de l’usine Michelin de Saint-Doulchard, répond à News Tank

La direction de l’usine Michelin de Saint-Doulchard a ouvert, le 10/09/2020, des négociations pour recourir à l’activité partielle de longue durée. Quelles ont été ses propositions ?

La CFE-CGCCFE-CGCConfédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres demandait, depuis juillet 2020, l’ouverture de négociations sur la mise en place de l'APLDAPLDActivité partielle de longue durée dans notre usine de Saint-Doulchard, et nous avons été entendus. La direction nous a présenté son diagnostic de la situation actuelle et ses prévisions de baisse d’activité pour les deux prochaines années. Leur demande a été de négocier une baisse d’activité jusqu'à 40 % sur une période de 24 mois. L'équipe de direction estime pouvoir retrouver un volume d’activité équivalent à celui de 2019 en 2023. 

Maintenir les effectifs de l'usine de Saint-Doulchard pour faire face au rebond futur de l'activitéL’objectif affiché par l’entreprise est de maintenir les effectifs de l’usine de Saint-Doulchard pour faire face au rebond futur de l’activité. Nous devrons être en mesure de répondre à l’augmentation du volume de demandes qui finira par se produire.

La proposition de la direction consiste à autoriser une baisse d’activité jusqu'à 40 %, qui laisse la possibilité, si l’activité est plus forte que prévu, de recourir à un volume plus faible d’activité partielle.

Le recours à l’APLD doit nous permettre de faire le dos rond pendant les deux prochaines années, pour traverser cette mauvaise passe conjoncturelle sans licenciement, et être capables de redémarrer quand l’activité reprendra pleinement.

Quelles sont vos demandes dans le cadre de cette négociation d’APLD ?

Nous souhaitons, a minima, un engagement de la direction à ne pas lancer de PSEPSEPlan de sauvegarde de l'emploi pendant les 24 prochains mois. Nous souhaitons également, dans la mesure du possible, un maintien à 100 % des niveaux de rémunération, tout en sachant que les rémunérations, dans le cadre de d’une activité partielle de 40 %, sont indemnisées à hauteur de 93 % du salaire net. Il nous semble également nécessaire que le dispositif d’APLD mis en place concerne tous les métiers de l’usine : la production mais aussi les techniciens de procédé et les techniciens qualité.

Jusqu’en février 2020, notre carnet de commande était plein à craquer Le maintien des emplois sur notre site est vital pour son avenir. Jusqu’en février 2020, notre carnet de commande était plein à craquer et nous recrutions jusqu'à 100 personnes par an. Nous sommes donc persuadés que le coup de frein actuel est conjoncturel et que nous reviendrons tôt ou tard à la normale. Et si nous ne sommes pas prêts à avaler les volumes quand l’activité repartira, nos clients iront voir ailleurs. 

La direction s’est-elle engagée à former les salariés de l’usine pendant les heures non travaillées ?

Le souhait affiché par la direction est de préparer l’avenir et de donner l’accès à des formations pour développer la polyvalence et la qualification des employés de l’usine. La loi les y oblige de toute façon, dans le cadre de l’APLD.

L’idée est de faire monter en compétence des gens du terrain pour des promotions internes, ce qui est une bonne chose. 

L’intérêt de ces formations pendant les heures chômées est de maintenir les employés dans une activité et de renforcer leur employabilité, importante pour leur avenir, et pour leur efficacité au travail. 

Où en sont les négociations à ce stade ?

Nous attendons les retours de la direction, au cours de cette semaine (semaine du 21/09/2020), sur les propositions que nous avons formulées, et qui devront certainement être traitées au niveau central de Michelin, notamment en ce qui concerne le maintien des salaires.

L’idée  est de demander une homologation de l'éventuel accord APLD auprès de la DireccteDireccteDirection régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi avant la fin du mois de septembre 2020. 

Jean-François Landemaine
Fiche n° 40476, créée le 18/09/20 à 15:04 - MàJ le 09/10/20 à 18:26

Jean-François Landemaine



Parcours Depuis Jusqu'à
Michelin
Manager (RS-TECH et RI) Mai 2018 Aujourd'hui
Mai 2018 Aujourd'hui
Michelin
Responsable Secteur Technique (Manager) 2015 à 2018
2015 2018
Michelin
Organisateur Industriel (étude et secteur) 2008 à 2015
2008 2015
Armée de l'Air
Chef d'équipe et correspondant équipe technique 1998 à 2008
1998 2008
Armée de l'Air
Mécanicien aéronautique 1993 à 1998
1993 1998
Êtablissement & diplôme Année(s)
Base école de Rochefort
Brevet Supérieur Mécanicien avion spécialiste système de propulsion 2002 - 2003
2002 2003
Base école de Rochefort
Brevet élémentaire mécanicien avion spécialiste propulseur 1992 - 1993
1992 1993

Michelin
Fiche n° 6055, créée le 16/11/17 à 10:05 - MàJ le 25/05/18 à 17:34

Michelin



Michelin
Manufacture Française des Pneumatiques Michelin
Place des Carmes Déchaux
63040 Clermont-Ferrand Cedex 9 - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

CFE-CGC
Fiche n° 5452, créée le 25/08/17 à 12:43 - MàJ le 24/03/20 à 16:12

CFE-CGC

• Organisation syndicale représentative
• Mission : incarner le syndicalisme spécifique des techniciens, agents de maîtrise et cadres. En assurer la représentation et être la gardienne de son unité.
Chiffres-clés :
170 000 adhérents revendiqués
18 unions régionales (UR),
96 unions départementales (UD)
+ 200 unions locales (UL)
27 fédérations,
230 syndicats fédérés,
+ 10 000 sections syndicales
• Président : François Hommeril (depuis 2016 ; réélu le 09/10/2019)
• Secrétaire général : Gérard Mardiné
Trésorier national : Jean-Philippe Tanghe
• Contact : Pierre Jan, relations presse et institutionnels
• Tél. : 01 55 30 12 92



CFE-CGC
59, rue du rocher
75008 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1