Début

Télétravail : les stratégies de PSA, Technicolor Group et Unilever (Conversations digitales LHH)

Paris - Publié le mercredi 22 juillet 2020 à 12 h 13 - n° 189039 « L’un des travers du télétravail lors de cette crise sanitaire a été la frontière entre la vie privée et la vie professionnelle, moins bien tenue. Après les avoir formés aux technologies dont Teams, notre chantier est d’éduquer nos salariés à bien respecter les temps de vie », déclare Frédéric Faure, directeur des ressources Humaines d’Unilever lors de la 8e édition des « Conversations digitales » de LHH « Télétravail : quel nouveau modèle d’organisation du travail pour demain ? » organisée en partenariat avec News Tank, le 21/07/2020.

« Nous allons aussi lancer, en septembre 2020, un plan de formation poussé à destination des managers. Nous allons travailler ensemble avec les partenaires sociaux pour leur apporter une aide comme sur les entretiens de fin d’année alors qu’ils n’ont pas vu leur équipe depuis des mois ».

Unilever tout comme le Groupe PSA a recueilli une forte adhésion des salariés au télétravail suite à la crise sanitaire. « Selon une enquête réalisée fin mai 2020 auprès de 20.000 salariés dans 23 pays, dont plus de 12.000 en France :
• 79 % des répondants sont favorables au travail à distance de manière générale ;
• 76 % jugent leur activité compatible avec le télétravail à hauteur de 3,5 jours/semaine ;
• 80 % n’ont pas rencontré de difficultés liées au travail à distance pendant le confinement », indique Xavier ChéreauXavier Chéreau, directeur des ressources Humaines et de la Transformation du Groupe PSA, en pleine négociation avec les partenaires sociaux sur une généralisation du télétravail avec 3,5 et 4 jours par semaine.

De son côté, Technicolor Group qui « ne pratiquait pas le télétravail avant le confinement a appris en marchant. Après avoir effectué une enquête auprès des salariés, nous réalisons qu’il devient un enjeu de QVTQVTqualité de vie au travail et nous allons ouvrir une négociation dans ce sens avec les partenaires sociaux, précise Olga DamironOlga Damiron, la directrice des ressources Humaines et RSERSEResponsabilité sociétale et environnementale. Nous allons aussi lancer une enquête à destination des managers afin d’identifier la gestion de la performance et des projets dans le cadre du télétravail et leur capacité à gérer ses équipes. »
© DR.
© DR.

« Nous avons mis en place des groupes de travail composés de tous les collaborateurs » (Xavier Chéreau, Groupe PSA)

« Notre projet sur le travail à distance à raison de 3,5 et 4 jours par semaine est mondial. Il concerne l’ensemble des pays et toutes les populations. 40.000 collaborateurs seront concernés soit 40 % des salariés du groupe. Et le système devra être compatible d’un pays à l’autre », indique Xavier Chéreau, directeur des ressources Humaines et de la Transformation du Groupe PSA.

« L’objectif est d’augmenter l’efficience collective et individuelle en redonnant toute la valeur au temps utile avec un meilleur équilibre vie professionnelle et vie personnelle. Cela augmente aussi le temps de concentration et permet de réduire l’empreinte carbone et immobilière. Nous voulons repenser les espaces travail pour créer plus convivialité. »

« Nous avons mis en place des groupes de travail composés de tous les collaborateurs de toutes les entités partout dans le monde qui se sont organisés autour de groupes dont celui du screen board : une représentation des mêmes composantes du Comex mais avec des moins de 35 ans issus des zones géographiques où nous sommes implantés. Nous leur avons demandé d’apporter leur vision avec un regard nouveau sur cette approche du télétravail pour contribuer à amener des idées fraîches et nouvelles  dans le cadre de la discussion que nous aurons avec les partenaires sociaux.

Les autres groupes concernent les thèmes suivants :

  • La complémentarité digital et physique,
  • Les outils IT,
  • Les espaces et services sur site,
  • Le lien social et la motivation,
  • Les chartes et réglementations,
  • L’accompagnement managérial, la formation
  • La communication. »

« L’enjeu est de mieux repenser les espaces et modes de travail. Les fondamentaux se retrouvent dans l’accord sur la motivation et le bien-être au travail signé en janvier 2020. C’est sur cette base que nous allons franchir une nouvelle étape avec une formalisation avec les partenaires sociaux. La communication du lancement de ce projet sur LinkedIn a surpris les partenaires sociaux dans la méthode mais il n’y a pas ambiguïté, nous allons définir l’ensemble des sujets avec eux. »

« Un groupe de travail pour réfléchir à la culture d’entreprise post-Covid » (Olga Damiron, Technicolor Group)

« Nous allons créer un groupe de travail pour réfléchir à la culture d’entreprise post-Covid : nos valeurs, comportements, les outils mis à disposition des salariés, l’expérience utilisateurs de nos produits… Nous allons aussi mettre en place une formation “listen, learn et lead” pour nos managers. Nous croyons à la qualité du dialogue au-delà des outils. La capacité à apprendre et l’ incertitude permanente deviennent des  facteurs de management. Lors de cette crise, la parole des salariés s’est libérée de façon directe via des tchats par exemple et les managers ne sont pas préparés à ça », déclare Olga DamironOlga Damiron, directrice des ressources Humaines et RSE chez Technicolor Group 

« Le télétravail peut générer un risque de fracture sociale. Il faut être attentif. Nous envisageons de dédier une journée par mois où tout le monde se retrouve dans un lieu de partage afin de poser des jalons sociaux plutôt que des enjeux de travail quotidien. »

« Les enjeux de sécurité informatique sont énormes avec le télétravail. La responsabilité de confidentialité de nos salariés s’est accrue. »

« Ce contexte de pandémie nous a challengés et remis en cause » (Frédéric Faure,Unilever)

« Nous avons ouvert deux pôles suite à la mise en œuvre du télétravail  :

  • Un suivi du télétravail car nous voulons l’accompagner en termes de formation afin de vérifier si les impacts positifs dans la durée ;
  • Une réflexion avec les salariés pour savoir comment on pourrait concevoir un siège social qui permette dans son organisation de donner plus de place à la connectivité entre les individus, à l’esprit de création qu’il ne l’est aujourd’hui », déclare Frédéric Faure, directeur des ressources Humaines d’Unilever.

« Lors de cette crise, nous avons beaucoup travaillé sur l’intégration aussi avec des Onboarding virtuels, qui  ont recueilli de meilleurs retours que ceux organisés avant la crise. Ce contexte de pandémie nous a challengés et remis en cause. Nous avons digitalisé totalement les relations avec les salariés ( formation, Onboarding, accueil des stagiaires) même avec  les ouvriers dans les usines. »

« Nous allons aussi nous poser la question du rôle du siège social. L’open-space n’a pas amélioré la connexion avec les individus. Nous songeons à la réduction de salles de réunions. Lors du confinement, nous avons constaté une meilleure qualité des réunions à distance avec des prises de décision plus rapides et des rotations de prises de parole plus simples. La ponctualité était respectée et nous allions à l’essentiel. »

« Nous sommes précautionneux de la situation sanitaire. Nous avons permis aux équipes de s’organiser une réunion physique avec des conditions sanitaires plus strictes avant les départs en vacances. Au siège, nous allons continuer à télétravailler la quasi-totalité de la semaine tant que nous n’aurons pas une éclaircie sanitaire dans les semaines ou mois à venir. »

« Télétravail : on ne reviendra pas en arrière » (Jean Zuccarelli, LHH)

« On ne reviendra pas en arrière. La notion de mix présentiel et distanciel est largement partagée. Il faut clarifier la confiance, l’autonomie, le contrôle, obliger à des rituels plus précis », déclare Jean Zuccarelli, directeur de Practice Leadership Assessment et Coaching chez LHH.

« Il faut aussi définir le refus du télétravail : les enjeux de socialisation, la connexion aux enjeux de l’entreprise, rester visible par rapport à la communauté de salariées. » Selon Lucie Vincent, du cabinet Actance, une entreprise ne peut imposer le télétravail en cas de refus du salarié. Mais en situation pandémie, elle peut l’imposer.

« Les entreprises doivent aider les managers et équipes à être clairs sur leur représentation du télétravail et ouvrir un moment de dialogue pour identifier ce qui correspond à un juste équilibre », ajoute Jean Zuccarelli.

Pour Marie Bouny, directrice de la Practice Performance Sociale chez LHH, « beaucoup d’entreprises ont mené des enquêtes et groupes de travail sur le télétravail. La population salariée est largement en demande : 80 %. C’est aussi un sujet fort  pour les DRH : 80 % veulent mieux le définir. Il faut donc identifier ses ambitions, objectifs et quand il représente un frein ou un accélérateur de l’efficience opérationnelle. »

 « Le télétravail est un aussi sujet de dialogue social. Il faut réfléchir à l’articuler avec autres sujets sans fracture sociale », ajoute Marie Bouny.

 

LHH
Fiche n° 7092, créée le 16/05/18 à 12:37 - MàJ le 22/01/20 à 10:25

LHH



LHH
Tour Cristal
7-11 Quai André Citroën
75015 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Groupe PSA
Fiche n° 5648, créée le 01/09/17 à 17:47 - MàJ le 05/04/19 à 17:07

Groupe PSA

Activité : constructeur automobile ; équipements automobiles ; services financiers
Création : 1976
Principales marques : Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall ; Faurecia ; Banque PSA Finance
Effectif (2018) : 211 000 salariés
Ventes (2018) : 3,88 millions de véhicules
Chiffre d’affaires (2018) : 74,03 Md€
Résultat net (2018) : 3,295 Md€
Président du directoire : Carlos Tavares
Président du conseil de surveillance : Louis Gallois
Directeur des ressources humaines et de la transformation : Xavier Chéreau
Contact  : Pierre-Olivier Salmon, directeur de l’Information Corporate
Tél.  : 01 55 94 81 00


  • Catégorie : Grandes Entreprises Privées
  • Entitée(s) affiliée(s) : PSA Retail



Groupe PSA
75, avenue de la Grande Armée
75116 Paris - FRANCE
Téléphone : 01 40 66 55 11
vCard meCard .vcf VCARD

Unilever
Fiche n° 7806, créée le 23/10/18 à 18:00

Unilever

Activité : conception, production et distribution de biens de grande consommation
Création : 1930
Cotation : Euronext Amsterdam (HOL), New York Stock Exchange (USA), London Stock Exchange (GBR)
Principales marques (plus de 400 au total) : Lipton, Knorr, Dove, Axe, Hellmann’s, Omo, Domestos, Persil, Rexona, Magnum, Signal, Ben & Jerry’s, Amora, Maille, Carte d’Or
Président : Marijn Dekkers
DG : Paul Polman
Effectif (2017) : 169 000 salariés
Chiffre d’affaires (2017) : 53,7 Md€
Résultat d’exploitation (2017) : 8,8 Md€
Résultat net (2017) : 6,4 Md€

Principaux partenariats :
• Unilever : Manchester United (Premier League)
• Sure (déodorant) : partenaire officiel de Chelsea FC, Everton FC et Southampton FC (Premier League)
• Rexona (déodorant) : Neymar Jr (BRÉ, ambassadeur), Williams Martini Racing (F1), Roland-Garros (tournoi de tennis), Manchester City (Premier League), Chelsea FC (Premier League), New York City (MLS), LaLiga (2018-2021, plus de 4 M€ par saison avec Clear Men)
• Clear (cosmétique) : Cristiano Ronaldo (POR, ambassadeur), LaLiga (2018-2021, plus de 4 M€ par saison avec Rexona)
• Magnum (glaces) : fournisseur officiel de Roland-Garros (2018-2020)
• Shield (déodorant) : Chelsea FC (Premier League)
• Lynx : PSG eSport (Ligue 1 Conforama)



Unilever
100 Victoria Embankment
EC4Y 0DY London - ROYAUME-UNI
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1