Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

L’abonnement à News Tank RH est payant, merci de respecter la propriété intellectuelle et de ne pas transférer cet article sans autorisation préalable de News Tank RH.

Inflation : « À court terme la progression rapide du Smic resserre la distribution des salaires » Dares

News Tank RH - Paris - Data n°279081 - Publié le 03/02/2023 à 17:55
- +
©  News Tank RH Management
Salaires : « L’inflation contribue à une accélération des salaires » (Dares) - ©  News Tank RH Management

• La reprise de l’inflation contribue à une accélération des salaires : la progression est plus importante au niveau du Smic Salaire minimum interprofessionnel de croissance , grâce aux règles de revalorisation automatique qui garantissent le pouvoir d’achat, mais plus faible à des niveaux de salaire plus élevés.

• Depuis le 4e trimestre 2021, la hausse de l’inflation et les règles de revalorisation du Smic conduisent à augmenter cinq fois ce dernier. Il passe : 
- De 10,48 € brut par heure au 01/10/2021 ;
- À 10,57 € au 01/01/2022 ;
- À 10,85 € en mai 2022 ;
- À 11,07 € en août 2022.
Avec la revalorisation du 01/01/2023, le Smic atteint 11,27 € brut par heure. Le Smic croît ainsi de 6,6 % en 2022, et de près de 10 % depuis le 01/01/2021.

• À court terme, la progression plus rapide du Smic par rapport aux autres salaires conduit à un resserrement de la distribution des salaires.

Tels sont les principaux enseignements de l'étude sur l’effet de l’inflation sur la progression actuelle des salaires publiée par la Dares Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques le 02/02/2023.


Les salaires de base progressent moins vite que l’inflation et le Smic

Évolution du Smic, des salaires mensuels de base par catégorie socioprofessionnelle et de l’inflation depuis le 1er trimestre 2021

Note : Lecture : en septembre 2022, le Smic est 8,0 % plus élevé qu’en mars 2021.
Source(s) : Dares, enquêtes Acemo ; Insee, indice des prix à la consommation (ensemble hors tabac).

  • Le rythme et l’ampleur des hausses du Smic en 2021 et 2022 ne se répercutent que partiellement sur la distribution des salaires de base : entre les 3e trimestres 2021 et 2022, ces derniers progressent de 3,7 %. Sur une période comparable, entre octobre 2021 et août 2022, le Smic augmente de 5,6 %, soit près de 2 points de plus. L’inflation atteint également 5,4 % sur la même période. Ainsi, le salaire mensuel de base en termes réels recule sur la période, alors que le Smic réel ne diminue pas grâce aux mécanismes de revalorisation automatique qui assurent le pouvoir d’achat des personnes rémunérées au Smic.
  • Cette différence s’explique par plusieurs facteurs :
    • Les négociations individuelles ou collectives de salaire n’ont lieu plusieurs fois par an que de manière exceptionnelle ; il peut être nécessaire d’attendre parfois une année, voire davantage, pour que les changements de contexte économique, y compris les hausses du Smic, soient pris en compte dans ces négociations. Ce phénomène transparaît notamment dans la conformité des minima de branche par rapport au Smic courant 2022 : malgré une activité de négociation dynamique, les revalorisations fréquentes du Smic le mènent régulièrement au-delà des rémunérations conventionnelles.
      • Début septembre 2022, juste après la revalorisation du 01/08/2022, 131 branches sur les 171 du secteur général présentent au moins une rémunération conventionnelle inférieure au Smic.
      • Fin décembre 2022, 57 se trouvent encore en situation de non-conformité, ce qui illustre le temps de réaction des salaires conventionnels.
    • Les salaires les plus élevés, et donc les plus éloignés du Smic, réagissent en général moins à une augmentation du Smic que ceux qui en sont proches : leur niveau étant moins contraint par les institutions du marché du travail, leurs évolutions dépendent davantage d’autres facteurs (résultats des entreprises, pouvoir de négociation des salariés, etc.).

À court terme, la distribution des salaires de base se resserre

Évolution du Smic et des indices de salaire depuis 2012

Note : Lecture : au 3e trimestre 2022, le Smic est 20,1 % plus élevé qu’au 1er trimestre 2012.

SHBOE : salaire horaire de base des ouvriers et employés ; SMB : salaire mensuel de base ; SMPT : salaire moyen par tête.
Source(s) : Dares, enquêtes Acemo ; Insee, comptes trimestriels

  • La progression plus rapide du Smic par rapport aux autres salaires conduit à court terme à un resserrement de la distribution des salaires. Ce phénomène transparaît dans les évolutions par catégorie socioprofessionnelle des salaires de base : entre le 3e trimestre 2021 et le 3e trimestre 2022, ceux des ouvriers et des employés augmentent de 4,5 % environ, tandis que ceux des cadres et des professions intermédiaires croissent de 2,8 % environ. Dans les deux cas, ils progressent moins que le Smic.
  • Cette compression de la distribution des salaires intervient toutefois après une longue période où le Smic augmentait plus modérément que le reste des salaires. En l’absence de « coup de pouce » depuis 2012, le Smic a crû de 8,8 % entre début 2012 et fin 2019, alors que le salaire mensuel de base gagnait 11,7 % et le salaire horaire de base des ouvriers et employés (qui sert de référence à la formule de revalorisation du Smic) 11,6 %. La hausse rapide du Smic en 2021 et 2022 conduit ainsi à un rattrapage, voire un léger dépassement, au 3e trimestre 2022 , avec une hausse du Smic de 20,1 % depuis 2012, contre 19,0 % pour le salaire mensuel de base et 19,8 % pour le salaire horaire de base des ouvriers et employés.
  • Après de fortes variations en 2020 et 2021 liées aux effets de l’activité partielle sur la masse salariale, le SMPT Salaire moyen par tête (salaire moyen par tête) évolue de façon comparable au salaire de base en 2022. Les primes et compléments de rémunération ainsi que d’éventuels effets de composition de la main d’oeuvre, dont le SMPT tient compte, ne semblent donc pas influer significativement sur l’évolution des salaires sur les derniers trimestres.

Sur la période récente, les salaires de base augmentent plus vite dans les secteurs où la proportion de salariés rémunérés au Smic est élevée

  • Dans les secteurs d’activité où la proportion de salariés rémunérés autour du Smic est élevée, les hausses du salaire de base sont plus importantes entre les 3e trimestres 2021 et 2022.
    • L’hôtellerie-restauration est le secteur où la proportion de salariés concernés par la revalorisation du Smic du 01/01/2022 est la plus importante (42 %). Il s’agit aussi du secteur où la progression du salaire mensuel de base est la plus forte (+4,8 % sur un an au 3e trimestre 2022).
    • Dans le secteur de la production et la distribution d’électricité et de gaz, la proportion de salariés bénéficiaires de la revalorisation du Smic est la plus faible (0,5 %), de même que la progression du salaire de base (1,4 % entre les 3e trimestres 2021 et 2022).

Sur les derniers mois, les tensions de recrutement ne semblent pas jouer un rôle majeur dans la détermination des salaires

  • Outre la question de l’inflation, le contexte économique est marqué par un accroissement des tensions sur le marché du travail. De telles tensions pourraient contribuer aux hausses de salaires dans les métiers ou les secteurs les plus touchés. En pratique, en France, il ne semble pourtant pas que les tensions jouent un rôle majeur dans la détermination des salaires sur les derniers mois.
  • Depuis fin 2019, 3 phases peuvent être distinguées dans l’évolution conjointe des tensions de recrutement et des salaires :
    • Au cours de l’année 2020, en lien avec les mesures sanitaires, les difficultés de recrutement diminuent et les salaires évoluent peu ;
    • Avec la levée des restrictions sanitaires et la reprise du marché du travail, les tensions s’accroissent, sans accélération notable des salaires ;
    • Enfin, à partir de la fin de l’année 2021, au moment où l’inflation s’accroît, la progression des salaires devient plus soutenue, avec un renforcement plus ou moins fort des tensions selon les secteurs.
  • Dans l’hébergement-restauration, alors que 39 % des entreprises déclaraient rencontrer des difficultés de recrutement en janvier 2020, elles sont désormais 74 % en octobre 2022 ; de leur côté, les salaires de base augmentent de 6,9 % entre décembre 2019 et septembre 2022. Des hausses similaires des salaires de base sont observées dans d’autres secteurs d’activité, alors même que les tensions y augmentent nettement moins sur la période récente, comme la construction ou les industries agro-alimentaires.

• Le niveau du Smic peut être revalorisé à trois titres :

1. Tous les ans au 1er janvier, une revalorisation annuelle intervient, le Smic étant augmenté en tenant compte de la somme de deux paramètres :

- d’une part l’évolution des prix à la consommation (mesurée par l’indice hors tabac pour les ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie) depuis la dernière revalorisation du Smic ;

-  d’autre part la moitié de l’évolution annuelle du pouvoir d’achat des ouvriers et employés (mesuré par l’indice du salaire réel horaire de base des ouvriers et employés) ; chacun de ces deux termes est pris en compte si sa valeur est positive.


2. En cours d’année, une revalorisation automatique infra-annuelle est prévue par la loi si l’indice des prix à la consommation des ménages du premier quintile augmente de plus de 2 % depuis la dernière revalorisation. Dans ce cas, le Smic progresse autant que cet indice des prix.


3. Enfin, le gouvernement peut de manière discrétionnaire, à tout moment, décider d’une augmentation du Smic du montant qu’il souhaite. On parle alors de « coup de pouce ».

• Ces deux dernières années, l’accélération des prix a conduit à déclencher trois fois le mécanisme de revalorisation infra-annuel (tableau), en plus des revalorisations annuelles du 1er janvier. Il n’y a pas eu de coup de pouce sur le Smic depuis le 1er janvier 2012.

Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares)

Direction de l’administration publique centrale française, qui dépend du ministère du Travail
Création  : 1993
Missions  : Éclairer le débat public en publiant des données ou des analyses accessibles à toutes et tous ; Accompagner le ministère en charge du Travail et plus largement les pouvoirs publics lorsqu’une réforme se prépare.
Effectif  : 170 collaborateurs
Directeur  : Michel Houdebine
Contact  : Joris Aubrespin-Marsal
Tél.  : 01 44 38 22 51


Catégorie : Etat


Adresse du siège

39-43 quai André Citroën
75015 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 5511, créée le 29/08/2017 à 04:47 - MàJ le 17/05/2024 à 16:36


© News Tank RH - 2024 - Code de la propriété intellectuelle : « La contrefaçon (...) est punie de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende. Est (...) un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une oeuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur. »

©  News Tank RH Management
Salaires : « L’inflation contribue à une accélération des salaires » (Dares) - ©  News Tank RH Management