Enquête Qlik : en France, « seuls 12 % des professionnels interrogés sont “datalphabétisés”  »

News Tank RH - Paris - Actualité n°104153 - Publié le 18/10/2017 à 18:19
- +

« Moins d’un salarié Européen sur cinq (soit 17 %) comprend précisément l’usage qu’il fait des données auxquelles il a accès ; en France, seuls 12 % des professionnels interrogés sont “datalphabétisés” ; plus des trois quarts (76 %) des datalphabètes s’estiment très performants au travail ; plus de la moitié des professionnels (54,4 %) estiment que les données modifient leur prise de décisions », selon l'étude intitulée « Data literacy », réalisée par Qlik et publiée le 16/10/2017.

Pour cette enquête, 5 000 salariés espagnols, allemands, britanniques, suédois et français, occupant des postes de direction ont été interrogés.


Qui sont les « datalphabètes » ? 

« Être “data alphabétisé”, c’est être capable de lire, de manipuler, d’analyser des données et de s’appuyer sur celles-ci pour faire son argumentaire », précise Qlik. 

Part de datalphabètes selon le type d’emploi exercé

Parmi les sondés : 

  • Les directeurs sont les plus datalphabètes (26,6 %), suivis des cadres dirigeants (23,6 %) et des cadres moyens (21,4 %). « Le faible niveau de datalphabétisation à des postes si élevés demeure inquiétant », selon Qlik.
  • Les salariés fraichement diplômés (10,1 %) et les travailleurs manuels (10,2 %) sont les moins datalphabètes, « ce qui montre que les étudiants ne sont pas bien préparés à entrer dans le monde du travail ».

Cette dernière tendance est confirmée par le graphique ci-dessous. En effet, les 16-24 ans sont ceux qui savent le moins lire les données, contrairement aux salariés âgé de 25 ans et plus.

Âge des datalphabètes

L'étude montre que :

  • Les 45-54 ans sont ceux sachant le mieux lire les données avec 19 % ; 
  • suivi des 35-44 ans avec 18,2 % ; 
  • puis des 25-34 ans avec 17,4 % et des 55 ans et plus avec 16,1 %. 

L’utilisation des données et l’accès à celles-ci est disparate en Europe. Parmi les professionnels interrogés, l’Espagne est le pays comptant le plus de datalphabètes (25 %). La France est en queue de peloton avec 12 %. 

Part des datalphabètes par pays

Après l’Espagne : 

  • Un peu plus d’un professionnel résidant du Royaume-Uni sur 5 (21 %) comprend précisément ce qu’il fait des données qu’il manipule ; 
  • en Suède, ils sont 15 % ;
  • en Allemagne 14 %. 

Savoir lire la donnée : un indicateur de performance au sein de l’entreprise

Comment qualifieriez-vous vos performances au travail ?

  • Plus des trois quarts (76 %) des datalphabètes s’estiment très performants au travail, contre 43,7 % pour les non datalphabètes ; 
  • Plus de la moitié des non datalphabètes (53,2 %) estiment qu’ils sont performants au travail, contre 23,4 % de ceux sachant lire des données ; 
  • 1,1 % de ces derniers estiment qu’ils ne sont pas performants (dont 0,9 % pas du tout), contre 3,1 % des non datalphabètes (dont 0,4 % pas du tout).

Êtes-vous d’accord avec la phrase suivante : « Les données aident à mieux accomplir les missions dans mon emploi actuel »

  • Si la plupart des personnes sondées utilisent des données dans le cadre de leur travail, elles s’accordent sur le fait qu’elles les aident à mieux accomplir leur mission (89,5 %) ;
  • seuls 1,7 % affirment le contraire ;
  • 8,3 % des interrogés ne sont ni d’accord ni pas d’accord. 

Qu’est-ce qui décrit le mieux la politique de votre entreprise actuelle en terme d’utilisation des données ?

Lorsqu’on demande aux sondés de décrire la culture de leur entreprise actuelle en termes d’utilisation des données :

  • moins d’un quart d’entre eux (23 %) répondent que tous les salariés de leur entreprise ont les moyens de les exploiter parce qu’ils disposent des outils et des compétences ad hoc ; 
  • 2,6 % pensent le contraire ; 
  • près d’un quart des sondés (24,4 %) affirment qu’ils ont accès aux données dont ils ont besoin. 

Le besoin d’un meilleur accès aux données  

Seriez-vous d’accord pour dire que les données bousculent régulièrement vos instincts et modifient votre prise de décision ?

Selon l'étude : 

  • Plus de la moitié des professionnels (54,4 %) estiment que les données modifient leur prise de décisions ; 
  • A contrario, 15 % pensent que les données ne les affectent pas ; 
  • 30,6 % d’entre eux ne sont ni d’accord avec cette affirmation, ni contre. 

Quels employés seraient plus disposés à s’investir et à améliorer les compétences en matière de données selon leur fonction ?

Concernant leurs dispositions à s’investir davantage et à améliorer leurs compétences en matière de données :

  • Plus des trois quarts des cadres dirigeants (84,9 %) y sont favorables ;
  • tout comme 79,9 % des directeurs et 73,3 % des cadres moyens ;
  • les travailleurs manuels (53,3 %) et les employés de bureau (61,9 %) sont les moins enclin à faire cette démarche.

L’étude repose sur une enquête effectuée par Censuswide pour le compte de Qlik, auprès de 5291 salariés travaillant à temps plein, parmi lesquels des personnes âgées de plus de 50 ans et 271 personnes occupant des postes de direction, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne et en Suède.

L’enquête a été réalisée entre le 24/08/2017 et le 14/09/2017. Censuswide respecte et emploie des membres de la Market Research Society, en conformité avec les principes et le code d’éthique de l’association ESOMAR des professionnels des études.

Qlik (Qlik)

Présentation : Qlik® fournit des solutions intuitives, sous la forme d’une plate-forme, pour la visualisation des données en libre-service, la création d’applications d’analyse guidée, l’intégration d’analyses visuelles et la génération de rapports
Date de création : 1993
Président  : Lars Björk
Chiffres : 100 000 utilisateurs, réseau de 1 700 partenaires expérimentés à travers le monde, près de 45 000 clients

Catégorie : Grandes Entreprises Privées


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 5941, créée le 17/10/2017 à 09:27